Retrouvez ici toutes les informations utiles aux auteurs de la Revue Médicale Suisse. 1 Comme nous le verrons dans cet article, les causes sont multiples. Pour ce faire, nous explorons les diverses barrières intervenant dans la communication médecin-malade, que ce soit celles liées au vieillissement (troubles sensoriels), au déclin cognitif ou en lien avec les mythes et croyances entourant la vaccination, en mettant l’accent sur le vaccin contre la grippe. Quant à celle contre le virus herpès zoster, cette dernière n’étant pas reconnue par l’OFSP, nous n’en parlerons pas, tout en sachant que les outils de communication décrits ci-après, en lien avec notamment l’influenza, peuvent être généralisés, en partie, pour les autres vaccins. Le tableau 2 récapitule plusieurs de ces mythes et croyances et fournit des arguments qui peuvent être donnés en réponse. Les auteurs n’ont déclaré aucun conflit d’intérêts en relation avec cet article. La vaccination contre le zona doit être envisagée pour les personnes âgées de plus de 65 ans. Association between influenza vaccination and cardiovascular outcomes in high-risk patients: a meta-analysis. Les recommandations actuelles pour la vaccination des patients de plus de 65 ans sont présentées dans le tableau 1. En France, le risque d’infection invasive à pneumocoque (IIP) augmente avec l’âge. D’ores et déjà, et encore plus dans le futur, les outils de communication numériques sont utilisés par nos aînés. Unité de gériatrie et de soins palliatifs communautaires, Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences, Service de médecine pénitentiaire, Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences, Service de médecine de premier recours, Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences, Vaccination de la personne âgée : quelques outils pour mieux communiquer. Les vaccinations contre la poliomyélite et l’hépatite B étant des rattrapages selon le profil de risque, elles ne seront pas davantage détaillées. Il est également possible de proposer la vaccination aux personnes âgées de 75 à 79 ans jusqu’en février 2017. L’acteur de santé, dans sa démarche de décision partagée avec le patient, se doit de pouvoir donner des chiffres clairs sur les bénéfices de la vaccination, en l’occurrence ceux concernant la grippe. Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error, http://instance.metastore.ingenta.com/content/component/health_glance-2009-58-fr, https://doi.org/10.1787/health_glance-2009-58-fr, South Georgia and the South Sandwich Islands, Vaccination antigrippale des personnes âgées, https://doi.org/10.1787/health_glance-2009-fr. L’incidence est … Enfin, les nouvelles technologies, avec lesquelles les personnes âgées sont de plus en plus familières, augmentent les moyens d’information et de communication possibles. Plusieurs facteurs influencent la communication. D’une manière plus générale, le médecin de premier recours, qui détient les informations scientifiquement prouvées des bénéfices de la vaccination, joue un rôle important dans la promotion de la vaccination. French Pour éviter de ne pas vacciner par oubli, il existe plusieurs alternatives. Inflenza-attributable mortality among the elderly in Switzerland. les dernières actualités sur les nouveautés en médecine, les Colloques du mardi du Département des spécialités de médecine des HUG. Comment savoir quel traumatisme nécessite une intervention urgente, quel patient doit être adressé au chirurgien, lequel traiter soi-même ? Une récente étude effectuée sur les croyances et attitudes envers le vaccin contre la grippe chez les patients à hauts risques, âgés de 65 ans ou plus ou atteints d’une maladie chronique, a montré que les patients étaient plus récalcitrants à se faire vacciner s’il se considéraient en bonne santé ou avaient eu une mauvaise expérience avec la vaccination dans le passé.16 L’étude montre par ailleurs que le taux de non-vaccinations était plus élevé de 22% chez les patients qui ne se considéraient pas comme susceptibles de contracter la grippe et 18% plus bas chez ceux qui n’estimaient pas que le vaccin était responsable de symptômes grippaux. Une des pierres angulaires se trouve au niveau de la communication 2 et de la manière dont on peut aller au-delà des mythes et croyances liés à la vaccination. Aux Dr Wilfrid Planchamp, Dr Philippe Schaller, Enrico Da Costa ainsi qu’au Réseau Delta. Au niveau mondial, des résurgences épisodiques de la maladie ont lieu, dans un contexte de mauvaise couverture vaccinale, avec une incidence importante chez les seniors.7. Also available in: ▪ La couverture vaccinale des personnes âgées pour les vaccins obligatoires est en dessous des seuils recommandés, ▪ Les personnes âgées forment une population hétérogène tant au niveau des comorbidités que des troubles mnésiques, nécessitant d’adapter individuellement les techniques de communication, ▪ Il est nécessaire d’explorer les mythes et croyances de chaque patient afin de pouvoir offrir une information claire et adaptée, ▪ Les outils numériques doivent être utilisés avec les seniors, qui sont, comme les statistiques le montrent, connectés, Updates et Assises de la médecine romande, Lisa Hentsch, La couverture vaccinale des personnes âgées, c’est à dire de 65 ans et plus, en Suisse est nettement inférieure aux objectifs souhaités. Accès libre aux numéros de la Revue Médicale Suisse depuis 2000. Introduction. Ensuite, il s’agit de pouvoir informer le patient du bien-fondé de la vaccination. English, Résultats basés sur l’enquête SHARE (Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe (Obsan Bulletin 4/2013). A noter que 80% des patients atteints avaient 60 ans ou plus.6, Concernant la diphtérie, la vaccination a permis une disparition complète de la maladie en Suisse depuis 1983. L'abonnement à la Revue Médicale Suisse comprend 46 numéros thématiques par an aux formats papier, PDF et html, ainsi que l'accès aux applications médicales : Guidelines, Médicaments, Scores, Colloques. German, Et si les enfants sont beaucoup affectés par le pneumocoque, les personnes âgées de plus de 65 ans aussi. Evaluation of the acceptability of a vaccine against herpes zoster in the over 50 years old: an Italian observational study. Chaque indicateur est présenté dans un format qui se veut le plus clair possible : des graphiques illustrent les variations entre pays et dans le temps, un commentaire succinct tire les principales conclusions des données présentées, et un encadré méthodologique rappelle la définition de l’indicateur et les limitations éventuelles de la comparabilité des données. L’utilité et l’efficacité de la vaccination contre la grippe (influenza), la diphtérie et le tétanos ne sont plus à démontrer chez les seniors, cependant la couverture reste sous-optimale. A cet effet, des fiches explicatives peuvent leur être distribuées. Cet article va discuter les raisons d’une adhérence insuffisante, partant du principe qu’un acteur du système de soins a proposé un plan de vaccination à un senior. Select one or more items in both lists to browse for the relevant content, Browse the selectedThemes and / or countries. Il est important de connaître les capacités de chaque patient pour adapter son discours, en évitant de stéréotyper la personne âgée. La conclusion des auteurs est que les individus à hauts risques ne se considèrent pas comme étant à risque de contracter une infection par le virus influenza et craignent les effets secondaires liés à l’immunisation. Cependant, des techniques de communications peuvent être utilisées afin de permettre de surmonter ces barrières, comme l’utilisation d’un langage, d’une posture et d’un environnement adaptés. OECD iLibrary Une des pierres angulaires se trouve au niveau de la communication2 et de la manière dont on peut aller au-delà des mythes et croyances liés à la vaccination. La dernière année en accès réservé aux abonnés. En cas d'allaitement ? Les personnes âgées forment une population à risque qui nécessite un suivi spécifique et adapté. Il existe à cela plusieurs explications : tout d’abord des croyances propres à chacun, comme celui de ne pas être à risque d’attraper la maladie ou la crainte des effets secondaires de la vaccination. Hospital-based cluster randomised controlled trial to assess effects of a multi-faceted program on influenza vaccine coverage among hospital healthcare workers and nosocomial influenza in the Netherlands, 2009 to 2011. Suggestions pour la communication avec les personnes âgées. is the online library of the Organisation for Economic Cooperation and Development (OECD) featuring its books, papers and statistics and is the knowledge base of OECD's analysis and data. Rev Med Suisse 70% des ménages de 65 ans et plus ont un accès internet,17 rendant la communication par les outils numériques précités possible pour la majorité des personnes âgées. Plusieurs stratégies existent pour surpasser les handicaps de communication retrouvés chez les personnes âgées (tableau 3). La prévention constitue une partie importante de leur prise en charge. Il n’est pas nécessaire, avant l’administration du vaccin, de contrôler la sérologie pour vérifier la protection contre la varicelle qui est provoquée par le même virus. Il semble également primordial de prendre le temps d’explorer les croyances des patients, de leur expliquer les bénéfices et les risques relatifs de la vaccination, et de les faire participer activement dans le processus décisionnel. Mythes et croyances liés à la vaccination contre l’influenza et leurs réponses. Bien que les vaccins contre la grippe et contre la diphtérie et le tétanos soient efficaces et sûrs et que de grandes campagnes soient menées au niveau national pour encourager la vaccination, la couverture des patients seniors peine à augmenter. 2017; volume 13. La plupart des personnes qui contractent la maladie se rétablissent rapidement mais les personnes âgées et les personnes souffrant d’affections chroniques sont plus exposées au risque de complications, voire de décès. English, Vaccination contre la grippe parmi les personnes âgées de 65 ans et plus, 2007, Vaccination contre la grippe parmi les personnes âgées de 65 ans et plus, 1998-2007 (ou année la plus proche). Download Citation | On Dec 31, 2009, Nizar Ajjan and others published Vaccination des personnes âgées | Find, read and cite all the research you need on ResearchGate Korean. Euro Surveill Bull Eur Sur Mal Transm Eur Commun Dis Bull. Ressources électroniques pour les professionnels de la santé. La couverture vaccinale des personnes âgées, c’est à dire de 65 ans et plus, en Suisse est nettement inférieure aux objectifs souhaités.1 Comme nous le verrons dans cet article, les causes sont multiples. En effet, une étude a montré que, parmi une population de patients de plus de 50 ans interrogés sur l’acceptabilité du vaccin contre herpès zoster, 61% de ceux initialement défavorables à une vaccination changeraient leur décision de ne pas se vacciner sur recommandation de leur médecin traitant.12 Les autres critères influençant positivement l’acceptation de la vaccination étaient : l’âge (les personnes plus jeunes étant plus en faveur de la vaccination), la connaissance de quelqu’un qui avait souffert de la maladie, le fait d’être favorable à la vaccination en général, et le fait d’être prêt à payer pour la vaccination.

Volkswagen Caravelle 9 Places, Exercice Math 6ème Pdf, Sujet Bac Pro Mei 2013, Exercices Français Cm1 à Imprimer, Sapo Desporto Notícias, école De Psychologie En Alternance, Roland-garros Tableau 2020,